Accueil » Posts tagged 'évaluation'

Tag Archives: évaluation

Edouard Claparède et l’évaluation

Les notes ont-elles une valeur pédotechniques ?

Les notes ont-elles une valeur pédotechniques ?

Pour Claparède[1] le scientifique, le terme évaluation a un sens particulier. Le psychologue expérimental mesure, pèse, confronte, compare, analyse.

Pour l’enseignant, l’évaluation se réduit souvent à la note. Or, la carte n’est pas le territoire. La représentation n’est pas le phénomène. Le débat que nous vivons actuellement en France, récurent depuis que l’école existe, est aussi biaisé par cette confusion.

Claparède traite de la question dans un article, paru à Genève, des archives de psychologie de décembre 1912 :

«Il n’y a guère d’école ou d’institution où le travail et la conduite des élèves ne soient appréciés par une série de notes périodiques, qui se donnent en général par chiffres, oscillant entre un maximum (par exemple 6), représentant le perfection et zéro, qui signifie le néant, les valeurs intermédiaires correspondant aux divers degrés de la qualité du travail ou de zèle : bien, assez bien, médiocre, mal, très mal.

Ces notes jouent, dans la vie de l’écolier, un rôle considérable. Ce sont elles qui vont établir le bilan de son activité quotidienne, de ses progrès mensuels, annuels. Elles constituent pour lui un dossier qui va l’accompagner jusqu’au seuil de l’âge adulte, et d’après lequel il sera jugé par sa famille, par ses camarades. Elles sont donc un facteur capital dont il convient que l’éducateur examine soigneusement les effets. (suite…)

Evaluer, pourquoi changer ?

Le 4 juin, j’ai assisté au colloque organisé par le mouvement contre la constante macabre (MCLCM) d’André Antibi, dont le thème était :

« Pour des élèves et des étudiants heureux en travaillant,
les atouts de l’évaluation par contrat de confiance » (EPCC). »

20140625-113020-41420539.jpgJ’y ai entendu des personnalités de premier plan et des professeurs anonymes expliquer pourquoi ils avaient renoncé à l’évaluation « traditionnelle  » (pas à la notation sur 20) et mis en oeuvre une autre approche.

Tous ces professionnels de bon niveau et d’une grande bienveillance disaient qu’il fallait que l’évaluation serve à faire progresser l’élève et non à le punir. Ils disaient aussi que l’évaluation devait être conçue dès la préparation de la séquence pédagogique. Et que les « interro-surprises » n’avaient aucune utilité, sinon d’affirmer le pouvoir du maitre sur l’élève…………

Pour moi qui suis formateur de formateurs pour adulte depuis quelques décennies, j’en suis encore tourneboulé. (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :